Raphaële Lannadère

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
portrait_raphaele

© Ojoz

Biographie

L, Raphaële Lannadère, et aujourd’hui à nouveau L. Ne surtout pas prendre les successifs changements d’identité de Raphaële Lannadère pour le signe d’une quelconque indécisision. Bien au contraire. Cette soif de mouvement est la marque d’une personnalité affirmée, soucieuse de multiplier les expériences au grès des inspirations. Rappelez-vous. Avril 2011. Parution d’Initiale, premier album chamboule tout, illuminé par une écriture au scalpel à la fois réaliste et poétique et cette voix bouleversante qui vous agrippe et ne vous lâche plus tel un grand huit émotionnel. Succès public (Disque d’or) et critique avec comme point d’orgue une fameuse couverture de Télérama clamant haut et fort : “la chanson française c’est L”.

Quatre ans plus tard, “L” c’est le titre de son second disque, qu’elle signe cette fois-ci sous son propre nom, dans une volonté de s’évader d’un certain classicisme pour s’autoriser un album puissant et libre aux accents électroniques. Proche aussi bien de Beyoncé que de Barbara. Hérésie pour ceux qui pensaient tenir enfin une descendance de “la longue Dame brune”. Incompréhension. Qu’importe Raphaële qui n’aime pas être forcément là, où on l’attend, est allée au bout de ses désirs “en s’amusant énormément.”

Ce qui lui donne aujourd’hui la liberté de reprendre son pseudo pour ce sobrement intitulé Chansons. Parce que L est chansons…bien évidemment ! Qui lui sont arrivées très vite depuis mars 2016, dans un déferlement inventif, commeune écume galopante, écho aux flots de “La Meuse”. Titre d’ouverture en forme de retour aux sources, vers la terre de sa maman, témoin de ses voyages d’enfants. Un morceau qui nous emporte au fil de ses cordes qui claquent et câlinent à la fois, qui s’entendent et se comprennent aussi comme un lien aux orchestrations luxuriantes d’Initiales
. Car si on évoque souvent les mots de L, ils ne doivent pas faire de l’ombre à sa musique. C’est particulièrement vrai
sur Chansons dont les sons et les arrangements irradient d’une subtile force lumineuse. À l’œuvre : un quatuor à cordes, quelques notes de harpe, une pointe de synthés bass, de légères programmations. Une orchestration minimale mais dont l’arrangeur Clément Ducol (Camille, Christophe, Vincent Delerm…) et le co-réalisateur de l’album, l’ingénieur du son Maxime Le Guil, ont tiré une sève maximale. Au contraire de l’album précédent, où Raphaële aimait citer des disques de chevets, ceux de James Blake ou Kendrick Lamar notamment, la chanteuse est restée concen trée sur sa propre musique. Ce qui ne veut pas dire que l’inspiration ne vient pas d’ailleurs.

Comme toujours chez L, il y a les chansons à la poésie toute personnelle. Citons “Ton enfance” sur sa petite nièce de cinq ans qui a eu un jour cette réflexion merveilleuse dans un square du 18ème arrondissement de Paris : “Regarde Tata on voit la mer !”, “La Micheline” récit des voyages en train vers la Bretagne avec son ancien compagnon BABX ou encore le bouleversant “Tu dors”. Mais il y a également les chansons qui regardent vers ailleurs, où son écriture poétique trace des lignes vers notre société qui ne tourne pas toujours très rond. Comme “Ta Ville est Belle” dont Gael Faure a signé la musique, hommage lumineux au Paris post attentats de 2015. Ou bien la délicate “Orlando”
évocation subtile à la fois de la tuerie de masse homophobe de juin 2016 dans un club de la ville et des exterminations historiques des indiens dans la région. Impossible de ne pas aussi glisser un mot sur le fiévreux “Ne Me Libérez Pas” écrit après avoir visionné un documentaire sur Michel Vaujour, le braqueur aux cinq tentatives d’évasion, resté dix sept ans en quartier de haute sécurité.

Si comme toujours chez L, la mélancolie et une certaine gravité sont au cœur de Chansons, cela ne vient jamais plomber un album qui exsude comme jamais d’une radieuse joie libératrice. Un parfait antidote à nos temps troublés.


// En showcase sur le Rooftop du Festival le Samedi 16 juin à 23h30 ! //
Événement uniquement accessible grâce à l’accréditation illimitée en vente sur notre billetterie.

 

<< Retour à la page Showcases & Dj sets >>

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Les partenaires du festival

  • jaguar
  • publicis
  • mairie_de_paris
  • metrobus
  • Mona Bismarck
  • ambassade_etats_unis
  • banque_transatlantique_luxembourg
  • la_compagnie
  • logo_francetv
  • france_culture
  • cinéma_teaser
  • le_film_français
  • à_nous_paris
  • allociné
  • logo_the_inrocks
  • senscritique
  • digitick
  • logo_transfuge
  • blaqout
  • logo_officetourisme
  • lostinfrenchlation
  • maire_du_8eme
  • Comité Paris-Chicago
  • alliance_fr_de_chicago
  • logo_af_la
  • af_paris
  • hotelvernet
  • logo_gfaparis
  • logo_carreau
  • logo_trax
  • logo_cinebalade
  • de_paul_university
  • logo_baladesonores
  • logo_allianceidf
  • Industry Week
  • US in Progress
  • gaumont
  • publicis_cinémas
  • le_balzac
  • logo_ugc
  • le_lincoln
  • logo_mecal
  • esra
  • MAC
  • davines
  • logo_dwyt
  • logo_wse
  • logo_georgettes
  • logo_americanlibrary
  • sharingbox
  • petusa
  • logo_osmane
  • jenlain
  • logo_pauleka
  • bijou_vegetal
  • logo_chateau
  • la_mome_bijou
  • logo_virgniet
  • cerise_chapeau
  • moodiz
  • logo_cafecaron
  • logo_grin